10 NOVEMBRE – LATOUR-DE-FRANCE

Nous poursuivons notre programme pour 2019 et nous vous proposons la sortie à Maury et à Latour de France, le Dimanche 10 Novembre.

Descriptif et demande d’inscription à nous retourner pour le Samedi 2 novembre au plus tard.

Le RDV est prévu à 9 h au Parking Madison, 955 Avenue Julien Panchot – 66000 PERPIGNAN   ou à 9h30 au parking de la cave de Maury. 
 
En espérant vous voir nombreux
Publicités

manifestation du 8 octobre

Lors de la  dernière réunion du CA national (10 septembre 2019) a été décidée une expression propre à la Fédération LSR ; voici voici le tract  à diffuser largement.

Conte tenu de ce que subissent les retraités par le Gouvernement d’Emmanuel Macron, en ce qui concerne notre pouvoir d’achat, et autres…, nous ne pouvons pas faire autrement que de réagir massivement.

Dans l’attente de vous retrouver à l’ancienne gare de Perpignan.

15 OCTOBRE – ATELIER D’ÉCRITURE

(1er RDV à 14h Parking du Madison, 955 Rue Julien Panchot – 66000 PERPIGNAN 2 ème  RDV à 14h30 à la sortie de l’autoroute au Boulou) Les ateliers d’écriture de LSR Nous avons décidé de mettre en place des « ateliers d’écriture » afin de partager des moments de détente, d’échange, dans la joie et la bonne humeur, autour de la magie des mots, en toute simplicité. Ces ateliers seront ouverts à toutes et à tous ceux qui ont envie d’écrire sans jamais oser franchir le cap. Qui sait, par timidité, par manque de confiance, par peur du ridicule, du regard des autres ? L’objectif de ces ateliers sera de démontrer que chacun porte en soi les ressources nécessaires, en proposant des exercices ludiques avec au fil des jours, l’immense surprise de constater les progrès effectués ! L’écriture-plaisir, un vrai bonheur à la portée de tous ! Ecrire : coucher sur le papier les mots que l’on choisit… On commence timidement par une phrase, quelques idées, un poème maladroit, de simples petites histoires que l’on aime se raconter… L’écriture-liberté ! On plonge dans ses souvenirs, ses joies, ses peines, ses coups de gueule et ses coups de cœur, ses rêves et ses chimères. On met des mots sur les maux et on ouvre le champ des possibles… L’écriture-salvatrice ! On s’émerveille d’un coucher de soleil sur la mer, du chant de l’oiseau au printemps, d’un sourire d’enfant, du chat qui dort, paisible, au bord de la fenêtre, et on fixe à jamais ces fugaces instants… L’écriture-émotion ! Écrire, c’est tout cela à la fois, mais c’est surtout l’écriture-plaisir, désacralisée, sans élitisme, sans jugement, sans tabous, et sans complexes. Chacun de nous a ce pouvoir-là !! Avec sa propre sensibilité, son parcours, son éducation, sa culture. Comme Sénèque, philosophe romain, nous pouvons affirmer : « ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles » Alors osons et à nos plumes ! « L’Atelier-Ecriture » se tient à Céret, 2 Rue Jean Amade (au-dessus de la poste – 1er étage) de 15h à 18h, suivi d’un goûter convivial. -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

 

11 octobre – balade à Rodès

Par une belle journée d’octobre, LSR 66 nous emmène à RODES, petit village de 700 habitants, exposé à flanc de montagne que nous apercevons sur la N116 en direction de Prades.
Quoi de mieux qu’un habitant du lieu, en l’occurrence, Daniel CASTILLO, maire adjoint, pour nous le faire découvrir ? Nous franchissons d’abord le pont sur la Têt. Dans notre groupe (27 personnes) un natif du village, Claude, y va de son commentaire et nous raconte que son grand-père travaillait à la carrière de granit. En effet, nous apercevons déjà, à flanc de montagne, l’ancienne carrière dont l’exploitation a cessé en 1939. Elle fournissait essentiellement des pavés expédiés dans tout le département, à Toulouse, à Paris et même à Marrakech ! Au début de son exploitation, vers 1890, 800 carriers y travaillaient ; les paysans du coin dont c’était le  deuxième métier, et un grand nombre d’étrangers. Nous sommes passés près de la rue des Casetes ou ils avaient leur habitation, des maisons de plain-pied en enfilade. Chaque nationalité avait son espace : Algériens, Marocains, Portugais, Espagnols, Italiens. Il y avait même sur le site une couturière qui confectionnait les bleus de travail. Notre balade se fera le long du canal qui part de Vinça jusqu’à Corbère, utilisé pour l’irrigation des champs. Protégés aujourd’hui par une barrière métallique, nous découvrons les gorges de la Guillera avec ces impressionnants blocs de granit. Nous pouvons suivre l’itinéraire de l’ancien canal construit par les Romains. D’ailleurs, un peu plus loin, nous verrons les vestiges de l’ancien aqueduc ! Nous apprécions l’eau vive du canal mais il ne s’agit pas de faire un faux pas car le courant est important. Tout cela nous conduira, après deux bonnes heures de marche, à l’heure du repas, au « ROOT 116  » où nous nous installons avec plaisir.
Mais l’histoire du village ne s’arrête pas là ; après nous être restaurés, Georges SENTIS, historien, nous fera un récit instructif des luttes qui ont eu lieu sur le site autour des années 1936, période du Front Populaire ; comment ces ouvriers ont été solidaires entre les différentes nationalités et même ont aidé les républicains espagnols pendant la guerre civile en leur envoyant par exemple des conserves maison. Je ne connaissais pas cette histoire de mon département : merci pour cela. A renouveler : l’idée de la visite géographique et culturelle d’un village.
A bientôt. Isabelle MONER


	

LSR à la fête de la CGT (28 septembre) et à la journée d’accueil des nouveaux Catalans (5 octobre)

Le Samedi 28 Septembre, nous avons tenu un stand à la Fête de la CGT au Parc Ecoiffier à Alenya 

Le Samedi 5 Octobre, nous tenons également un stand (n°28) à la Salle Majorque du Palais des Rois de Majorque à Perpignan

C’est avec plaisir que nous vous accueillerons

12 octobre – PREMIÈRE RIFLE LSR À THUIR

Lors de notre dernière Assemblée Générale, nous étions convenus de faire une Rifle.

Celle-ci est programmée pour le Samedi 12 Octobre, à 14h30, à la MJC de Thuir.

Avec les bénéfices, nous pourrons nous permettre de mieux subventionner des sorties.

Nous espérons vous y retrouver nombreuses et nombreux.

image

3 OCTOBRE 2019 – BALADE À ANSIGNAN

Voici le compte rendu que Simone TOURNÉ a rédigé pour nous rappeler notre journée à Ansignan.

 

Nous étions une trentaine pour cette balade.

Ansignan ? Oui, c’est un petit village perdu, perché, au fond de la vallée de l’Agly, en Fenouillèdes.

Alors voilà, nous nous retrouvons vers 10 heures dans un espace ombragé, le long de la rivière La Desix.

Quand notre guide a prononcé le nom, certains dont moi-même avons sursauté ne comprenant pas la dénomination de cette rivière. On a entendu deux X. Et il a fallu voir le panneau portant l’écriture pour comprendre ! Il faut dire qu’en Catalan on aurait dit « Desich », le x se prononçant ch. Ce sont les amusements des langues.


Donc ce lieu spacieux est composé d’un barbecue à l’ancienne et de tables et bancs propices au pique- nique. Nous laissons les non- marcheurs s’occuper de « la bouffe » et nous partons.


Au premier pont pour atteindre le village, nous nous arrêtons pour voir une ancienne pile d’un pont romain au milieu de la Desix. Car oui, les Romains sont passés par là et ont laissé des traces, malgré le peu de textes historiques qu’il nous reste (explication de notre Jean-François). Nous longeons le cours d’eau par un chemin très accessible, les papotages vont bon train. Mais le long de la route, je constate avec amertume de nombreuses friches, la vigne disparaît, pourtant il y a de beaux morceaux de terrain plat.


Et nous arrivons, oh merveille, se dressant devant nous, nous faisant barrage, devant un Aqueduc Romain. Bien sûr, ce n’est pas Le Pont du Gard, mais quand même, qu’il est beau, solitaire dans ce paysage campagnard ! Alors le groupe évidemment prend des photos. Et quel ne fut pas mon étonnement quand l’ayant contourné, nous l’admirons depuis le village et constatons qu’il est encore utilisé, de l’eau coule sur son chenal ! Alors là, mieux que le Pont du Gard!


Petite grimpette jusqu’au village, accroché sur le flanc de la montagne. Constatations: rues pavées neuves, propres, beaucoup de maisons fermées, nous n’avons rencontré personne. Mais village authentique avec une église du XVIIème siècle quelconque vue de l’extérieur.

Sur le chemin les groupes fluctuent, et j’écoute par hasard ce que racontent certains : ils parlent de sites en France, vus au travers de leurs voyages, et je me fais cette réflexion: qu’est ce qui se passe qu’en découvrant un coin du département, on parle d’une autre région?

À l’arrivée, au lieu du pique- nique, tout le monde papote avec l’un ou l’autre. Ambiance amicale réjouissante.
On s’assied pour manger. Grillades parfumées aux ceps de vigne et tartes salées et sucrées délicieuses.
Bref une balade chargée d’histoire, dans un lieu magnifique, serein, où la convivialité de notre groupe a été un élément majeur.

Album photos