REPRISE DES ACTIVITÉS : SAMEDI 20 JUIN 2020    Visite du site du MÉMORIAL D’ARGELÈS

        • s

site internet  MÉMORIAL D’ARGELÈS

Pour en finir avec cette période de confinement, le bureau de LSR 66  proposait de se retrouver pour une balade en Côte Vermeille sur les traces de l’ancien camp d’Argelès suivi d’une grillade type « Auberge espagnole »au lieu-dit Le Bocal du Tech. Georges Sentis était parmi nous pour expliquer l’histoire du camp et Jean Alvarez se proposait de nous accompagner pendant le parcours.

La plage d’Argelès-sur-Mer fut la première à recevoir les réfugiés espagnols. Le camp connut plusieurs périodes. De février à juillet 1939, il accueille majoritairement les réfugiés valides avant leur répartition vers les autres zones de rétention. La situation se stabilise et il ferme. Il reprend du service en septembre 1939, à la déclaration de la Seconde Guerre Mondiale, où il est chargé de regrouper les « étrangers indésirables ». A partir de 1940, s’y ajouteront les familles juives, les tziganes.

image argelès2
Le camp fermera définitivement en septembre 1941 où il sera transformé en chantier de jeunesse.

Le cimetière des Espagnols  image argelès3

Dès l’ouverture du camp en février 1939, les morts sont nombreux. Suite à un appel de la Municipalité, un propriétaire  met à disposition de la mairie un terrain pour en faire le cimetière du camp. Ce cimetière sera totalement détruit par les terribles inondations de 1940. La stèle marque le centre de celui-ci.

————————————————–

Avec tous ces 20, on ne pouvait que réussir la journée !
Oui, ce fut un plaisir de se retrouver, amis de LSR et ……pour ce 1er jour d’été, sous un soleil radieux. Nous étions nombreux au rdv vers 10h du matin au parking de Luna Park. Au programme, une ballade d’environ 2h, pour les marcheurs, accompagnés par l’historien Georges Sentis. C’était comme un pèlerinage aux camps d’Argelès, un des lieux où les Espagnols de la Retirada ont été parqués à leur arrivée en France – c’est à dire  sur le sable, entourés de fils barbelés, en février 39, le mois le plus froid de l’hiver .
Comme d’habitude, Georges nous a fait un récit très précis de cette histoire en faisant une halte aux stèles commémoratives. Devant celle des enfants de moins de 10 ans morts dans le camp, j’ai touché du doigt cet évènement dramatique. Chaque année pour Noël, l’association FFREE  (descendants de réfugiés espagnols ) décore l’arbre au pied de la stèle en souvenir .
Par cette chaleur, vivement l’arrivée au Bocal du Tech où nous allons faire ripaille à l’ombre ! Tout d’abord, nous avons savouré l’apéro, puis, comme toujours, de bonnes choses à manger, en quantité, sans oublier les escargots avec la tartine d’aïoli .
Un petit discours de Sonia et Michel pour nous remercier d’être venus et nous tenir informés des derniers rassemblements syndicaux qui ont eu lieu en Juin.
Merci pour cette journée qui nous a réunis à nouveau ;
Bon été à tous
Isabelle MONER

IMG_1236 bocal

 

 

LA SOLIDARITÉ, RESSORT DU CHANGEMENT

picto_avant(dble flèche)Sur ce site (malheureusement pour nous en anglais) sont repris les propos du militant américain Chomsky faisant la démonstration du rôle décisif de nos modestes engagements individuels.

TRADUCTION

GUILLEMET OUVERTURENoam Chomsky explique quel est le meilleur moyen pour les gens ordinaires de changer le monde bien que la tâche paraisse à première vue insurmontable.

La menace d’une violence et de troubles généralisés pèse sur le pays, grâce encore une fois à un ensemble d’acteurs farouchement opposés aux droits civils et, dans de nombreux cas, à l’existence même de personnes différentes d’eux. Ils ont été aidés et réconfortés par des facilitateurs très puissants. Des militants vétérans entrent en action. Les jeunes se révèlent par centaines semaine après semaine. Mais pour de nombreuses personnes ordinaires ayant un emploi, des enfants, des hypothèques, etc., le coût de la participation à des protestations constantes et à des actions civiles peut sembler trop élevé à supporter. Pourtant, étant donné de nombreux exemples horribles dans l’histoire récente, le coût de l’inaction peut également l’être.

Ce qui peut être fait ? Nous ne sommes pas tous Rosa Parks ou Howard Zinn ou Martin Luther King, Jr. ou Thich Nat Hanh ou Cesar Chavez ou Dolores Huerta, après tout. Peu d’entre nous sont révolutionnaires et peu souhaiteront l’être. Tout le monde n’est pas assez courageux ou assez talentueux ou suffisamment informé ou suffisamment engagé, peu importe.

Le problème qui se pose ici est celui qu’amènent nombre de réflexions sur la politique. Nous comptons sur les dirigeants – hommes et femmes que nous considérons comme des êtres supérieurs – pour tout faire pour nous. Cela peut signifier déléguer tout le travail de la démocratie à des individus parfois très imparfaits. Cela peut également signifier que nous méconnaissons fondamentalement le fonctionnement des mouvements démocratiques.

Dans la vidéo ci-dessus, Noam Chomsky aborde la question de ce que les gens ordinaires peuvent faire face à une injustice apparemment insurmontable. (Le clip provient du documentaire de 1992 intitulé Consentement à l’industrie.) « La façon dont les choses changent, dit-il, tient à ce que beaucoup de gens travaillent tout le temps, et ils travaillent dans leurs communautés ou leur lieu de travail ou partout où ils se trouvent, et ils construisent la base des mouvements populaires. »

Dans les livres d’histoire, il y a quelques dirigeants, vous savez, George Washington ou Martin Luther King, ou autres, et je ne veux pas dire que ces gens sont sans importance. Martin Luther King était certes important, mais il n’était pas le mouvement des droits civiques. Martin Luther King peut apparaître dans les livres d’histoire parce que beaucoup de gens dont vous ne connaîtrez jamais les noms, dont les noms sont tous oubliés et qui ont peut-être été tués, etc. travaillaient dans le Sud.

King lui-même en disait souvent autant. Par exemple, dans la Préface de son Bond vers la Liberté, il a écrit — se référant aux 50 000 personnes anonymes pour la plupart ordinaires qui ont provoqué le boycott de Montgomery Bus — « dans chaque important morceau d’histoire, ce devrait être nous. Ce n’est pas un drame avec un seul acteur. »

En ce qui concerne les intellectuels publics comme lui engagés dans la lutte politique, Chomsky dit : « des gens comme moi peuvent apparaître, et nous pouvons paraître comme éminents… uniquement parce que quelqu’un d’autre fait le travail. » Il définit ainsi son propre travail : « aider les gens à développer des cours d’autodéfense intellectuelle » contre la propagande et la désinformation. Pour King, la question se résumait à l’amour en action. Répondant dans une interview de 1963 ci-dessus à une question critique sur ses méthodes, il contredit la suggestion suivant laquelle la non-violence signifierait rester sur la touche.

Je pense à l’amour comme quelque chose de fort et qui s’organise en une action puissante et directe…. Nous ne sommes pas engagés dans une lutte qui signifie que nous nous asseyons et ne faisons rien. Il y a une grande différence entre la non-résistance au mal et la résistance non-violente. La non-résistance vous laisse dans un état de passivité stagnante et de complaisance décourageante, tandis que la résistance non-violente signifie que vous résistez de manière très forte et déterminée.

Chomsky, King et toutes les autres voix pour la justice et les droits de l’homme conviendraient que le peuple doit agir au lieu de compter sur les dirigeants du mouvement. Quelles que soient les actions que l’on puisse entreprendre – que ce soit en engageant un débat éclairé avec la famille, les amis ou les collègues de travail, en écrivant des lettres, en faisant des dons aux militants et aux organisations, en documentant l’injustice ou en descendant dans la rue pour protester ou pour des actes de désobéissance civile – cela fait une différence. Ce sont les petites actions individuelles qui, lorsqu’elles sont pratiquées avec diligence et coordonnées par milliers, rendent possible tout mouvement social puissant.

Remarque : ce message est apparu à l’origine sur notre site en août 2017 lorsque des suprémacistes blancs (alias les « nombreuses personnes bien » du président) ont défilé à Charlottesville, en Virginie. Il n’en parle pas moins directement du traumatisme du moment actuel, nous y revenons donc.

Contenu connexe :

Noam Chomsky et Harry Belafonte parlent sur scène pour la première fois ensemble : Parlez Trump, Klan et avoir un cœur rebelle

Noam Chomsky définit ce que signifie être une personne véritablement éduquée

Lire Martin Luther King et l’histoire de Montgomery: la bande dessinée influente des droits civiques de 1957

«Ce que la classe ne m’a pas appris sur l’empire américain» de Howard Zinn: une vidéo illustrée rapportée par Viggo Mortensen

Henry David Thoreau sur Quand la désobéissance civile et la résistance sont justifiées (1849)

Les 13 règles éprouvées de Saul Alinsky pour créer un changement social significatif

Josh Jones est un écrivain et musicien basé à Durham, NC. Suivez-le sur @jdmagness GUILLEMET FERMETURE

16 JUIN, MOBILISATION POUR L’HÔPITAL

Beaucoup les ont applaudi sur les réseaux sociaux ou les balcons. C’était bien mais pas suffisant, aujourd’hui, c’est physiquement qu’il faut être avec eux pour leurs revendications et pour nos besoins de santé.
En tant qu usagers, nous ne voulons pas attendre des heures aux urgences, des mois pour avoir un RDV chez un spécialiste et parce que nous exigeons 
– Une sécurité sociale intégrale prenant en charge à 100 % sous l’égide d’un collecteur unique et d’un prestataire unique.
– 300.000 embauches dont 3000 pour notre département, dans tous les métiers de la perte d’autonomie dont 200.000 dans les EHPAD avec 40.000 embauches immédiates.
– Un grand service public de l’autonomie.
LSR 66 est partie prenante dans cette initiative et nous vous proposons de nous retrouver, le mardi 16 juin à 10 h 30, Place de Catalogne, pour faire entendre notre voix.

APPEL COMMUN

LOGOS 6 ORG
Les retraités-es exigent un réel plan d’urgence pour la santé.
Nous payons les économies budgétaires engagées par les différents gouvernements depuis 15 ans.
– Moins 100.000 lits hospitaliers depuis 15 ans
– Fermetures et restructurations d’établissement de services et de soins de proximité
Depuis mars 2019, les services d’urgence étaient en grève pour exiger des moyens supplémentaires.
De nombreux collectifs exigeaient le maintien des structures de santé.
La crise traverse tous les accès à la santé.
Il faut mettre fin aux déserts médicaux.
Notre système de santé a besoin de 30 milliards pour faire face à la situation.
Les paroles du Président à Mulhouse ne suffisent pas : « Nous voulons des actes »
– Il faut reconstituer les stocks (masques, gants, surblouses et autres respirateurs)
Nous exigeons :

*Une relocalisation et une maitrise publique des productions médicales.
*Des centres de santé dans tous nos territoires.
*100.000 embauches pour le système public hospitalier.
*Une sécurité sociale intégrale prenant en charge à 100 % sous l’égide d’un collecteur unique et d’un prestataire unique.

Pour les EHPAD nous dénonçons le manque de moyens.
Nous exigeons :

*300.000 embauches dans tous les métiers de la perte d’autonomie dont 200.000 dans les
EHPAD avec 40.000 embauches immédiates.
*Un grand service public de l’autonomie.
Les retraités comptent des milliers de morts dans les EHPAD et à domicile.
Ce désastre n’aurait pas eu lieu si nous avions disposé de moyens de dépistage systématique et si les services des urgences et de réanimation n’avaient pas été refusés aux personnes âgées.
Les retraité.e.s sont des citoyen.nes à part entière.
C’est pour cela que les organisations des retraité.e.s 66 vous appellent à rejoindre la journée d’action des hospitaliers, Le 16 juin à 10 h 30, Place de Catalogne.

APPEL DE LA CGT

La CGT66 appelle l’ensemble de la population, des personnels de la santé, de l’action sociale, les partis politiques, le milieu associatif à la rejoindre à partir de 10h30 – place catalogne – Perpignan 
Nous venons de traverser une période inédite où la pandémie COVID-19 a fait ressortir encore plus violemment la confrontation entre deux positions de classes et d’idéologies.
La santé et la protection sociale ont toujours été parmi les préoccupations principales de la population. Mais notre service de santé est malade : les choix et les décisions politiques libérales pris depuis des années ont anéanti ce qui faisait notre richesse et notre fierté.
Les gouvernements qui se succèdent depuis des décennies portent le même discours : la santé a un coût.
Regrouper, fusionner et économiser pour augmenter leurs profits, anéantir notre protection sociale – notre acquis social né du Conseil national de la Résistance et de le transmettre au secteur privé. Ces choix sont réalisés au détriment des conditions de travail des millions de salarié·e·s qui exercent au sein du service hospitalier et d’accueil des patient·e·s.
Le plan « SEGUR » mis en place par l’exécutif est déjà qualifié de mascarade. Pour preuve, des plans de suppressions d’emplois continuent en ce moment même de s’appliquer dans les hôpitaux.
Sur le département des Pyrénées-Orientales, la CGT66 exige : 
– Un financement à la hauteur des besoins de la sécurité sociale ainsi qu’un système de santé, de protection sociale et des services publics qui répondent aux besoins de la population 
– La création d’au moins 3 000 emplois directs pour les secteurs de la santé (public comme privé) et de l’aide à la personne (Aide à domicile, EHPAD…), un véritable Plan emploi-formation et la titularisation des emplois précaires 
– Une augmentation générale des salaires pour tous les personnels ainsi que la reconnaissance des qualifications, des responsabilités et de la pénibilité des métiers de la Santé 
– les moyens de protection ainsi que le matériel et les outils nécessaires pour exercer en toute sécurité
picto_avant(dble flèche)
                  
 
Venez nombreuses et nombreux avec vos masques!!! 
Pour défendre notre système de santé et de protection sociale 
(repas tiré du sac ou pris auprès des petits commerçants du centre ville)
Pétition en ligne: http://chng.it/syxgr5BS

Une info pour soutenir les libraires.

Image livres

Mieux qu’Amazon… Nous avons besoin des libraires. Ils ont besoin de nous, particulièrement dans un moment où la grande distribution est la seule à fonctionner. Afin de les aider dans la période que nous vivons, rien de tel que d’acheter au moins un livre de leurs stocks. Une course qui sort de l’ordinaire.

LEUR MESSAGE :

 LES LIBRAIRIES OUVRENT LEURS STOCKS
Suite à l’annonce du Ministre de la Culture, autorisant l’activité de retrait de commandes de livres dans les librairies, nous nous sommes organisé-e-s pour vous offrir cette possibilité. Les commandes seront retirées à la porte de la librairie, il ne sera pas possible d’y entrer.
Vous pouvez donc, dès à présent, commencer à passer vos commandes. La chaÎne du livre étant toujours à l’arrêt, nous ne pourrons servir que les ouvrages disponibles dans notre stock.
Voici la procédure à suivre :
Pour connaître la disponibilité d’un ouvrage, merci de vous connecter sur le site de Place des libraires :
http://www.placedeslibraires.fr
OU TOUT AUTRE SITE AUQUEL VOTRE LIBRAIRIE EST ATTACHÉ
POUR LES DATES D’OUVERTURE,    RENSEIGNEZ VOUS AUPRÈS DE VOS LIBRAIRES

 

Rencontre littéraire Avec Isabelle Aupy

aupy imag2Nous ne pourrons pas encore relancer nos rencontres littéraires au mois de juin pour cause de confinement, mais nous referons un calendrier une fois la crise passée, en accord avec nos amies et amis libraires de Torcatis. Cela ne nous empêche pas de nous pencher sur ce beau livre d’Isabelle Aupy, qui travaille en tant que kiné auprès de l’hôpital à Bordeaux.
L’homme qui n’aimait plus les chats Un livre surprise ou la surprise d’un genre difficile à classer, littérature « blanche » opposée à la noire, dystopie, opposée à utopie, comme c’est indiqué dans la présentation du livre ? Tout cela certainement mais plus encore, une belle écriture qui révèle le talent spontané de l’écrivaine Isabelle Aupy. Ça se passe dans une île bretonne que chacun essaiera de découvrir. Dans cette île, des chats disparaissent. L’administration du continent propose à la population de nouveaux chats qui sont en fait des chiens, avec une laisse en prime.
Les habitants sont appelés à s’encadrer eux-mêmes, mais c’est sans compter sur la résistance de quelques-uns qui ouvrent le champs de la contestation et veulent remettre en cause cette mauvaise plaisanterie.
Appeler un chat un chien rappelle que dans toute dictature le sujet est prié de croire l’autorité, même si elle lui insuffle la piqûre d’un énorme mensonge. C’est en fait un appel à la vigilance contre un encadrement insidieux et anodin qui vient sans qu’on s’en rende compte. C’est aussi une note d’espoir à partir de personnages attachants qui ont déjà en eux la capacité de faire tomber le masque de la contrainte. Un grand cri pour qu’on nous laisse vivre sans être obligé de fermer sa porte et surveiller son voisin. La lucidité face à un monde englué dans les grumeaux de la peur de l’autre.
Ce livre est à sa manière d’actualité. Entre prévention et traçage il n’y a qu’un pas, celui qui peut vous priver de liberté sans que vous vous en rendiez compte. Beau sujet de débat.
Yvon Huet

aupy imag1

Mardi 21 Janvier 2020 – Atelier d’écriture

Prochain Atelier d’écriture Animé par Renée Alberny, Adhérente LSR Le Mardi 21 Janvier 2020
(1 er RDV à 14h Parking du Madison, 955 Rue Julien Panchot – 66000 PERPIGNAN
2 ème RDV à 14h30 à la sortie de l’autoroute au Boulou)

 

Les ateliers d’écriture de LSR

 

Nous avons décidé de mettre en place des « ateliers d’écriture » afin de partager des moments de détente, d’échange, dans la joie et la bonne humeur, autour de la magie des mots, en toute simplicité.
Ces ateliers seront ouverts à toutes et à tous ceux qui ont envie d’écrire sans jamais oser franchir le cap. Qui sait, par timidité, par manque de confiance, par peur du ridicule, du regard des autres ?
L’objectif de ces ateliers sera de démontrer que chacun porte en soi les ressources nécessaires, en proposant des exercices ludiques avec au fil des jours, l’immense surprise de constater les progrès effectués !
L’écriture-plaisir, un vrai bonheur à la portée de tous !
Ecrire : coucher sur le papier les mots que l’on choisit… On commence timidement par une phrase, quelques idées, un poème maladroit, de simples petites histoires que l’on aime se raconter…
➢ L’écriture-liberté !
On plonge dans ses souvenirs, ses joies, ses peines, ses coups de gueule et ses coups de cœur, ses rêves et ses chimères. On met des mots sur les maux et on ouvre le champ des possibles…
➢ L’écriture-salvatrice !
On s’émerveille d’un coucher de soleil sur la mer, du chant de l’oiseau au printemps, d’un sourire d’enfant, du chat qui dort, paisible, au bord de la fenêtre, et on fixe à jamais ces fugaces instants…
➢ L’écriture-émotion !
Ecrire, c’est tout cela à la fois, mais c’est surtout l’écriture-plaisir, désacralisée, sans élitisme, sans jugement, sans tabous, et sans complexes.
Chacun de nous a ce pouvoir-là !! Avec sa propre sensibilité, son parcours, son éducation, sa culture.
Comme Sénèque, philosophe romain, nous pouvons affirmer : « ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles »
Alors osons et à nos plumes !
« L’Atelier-Ecriture » se tient à Céret, 2 Rue Jean Amade (au-dessus de la poste – 1er étage) de 15h à 18h, suivi d’un goûter convivial.

INSCRIPTIONS –

Les personnes extérieures à l’association et non destinataires des courriels d’information pourront s’adresser aux gestionnaires à l’aide du module contact / commentaire (les  coordonnées ne sont pas communiquées sur  site pour raisons de sécurité)

TRANSPORTS

LIRE LOGOPropositions de l’union départementale CGT pour l’amélioration des conditions de transport dans les PO

L’association accompagne  cette initiative prise par  l’Union des Syndicats de Retraités.

Une première réunion publique a eu lieu  le 21 janvier à 17h30, salle Canigou au 30 rue Pierre Bretonneau ; le lancement de cette campagne  a été contrarié ce jour là par de très mauvaises conditions atmosphériques et n’a pu par la suite trouver aucun écho en raison du confinement. Ces propositions seront à nouveau mises en avant le moment venu.

Invitation – Marche du Maquis le dimanche 22 septembre 2019

 

L’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance) et  l’IHS (Institut de l’Histoire Sociale) nous proposait de participer à une Marche du Maquis  le Dimanche 22 Septembre 2019 autour de Valmanya.

Une randonnée d’une dizaine de kilomètres avec un dénivelé positif de 300 m  (Col de la Palomera 1 036 m. – La Pinosa 1 360 mètres et un dénivelé négatif de  660 mètres (Valmanya 692 mètres) faisable en 4 H.30  de marche.

Randonnée est organisée en perspective d’en faire une autre, en 2020, pour célébrer les 80 ans de l’Appel du 18 Juin par le Général De Gaulle

 

INVITATION : jeudi 30 mai 16h, LE GROUPE TENERIFE VOUS PRÉSENTE  » SES PLUS BELLES CHANSONS « 

 JEUDI 30 MAI 2019
                                                                                            A 16H

                                                                         NOUVEAU CINEMA PALACE

                                                                                 RUE DU FAUBOURG

                                                                  66230 PRATS DE MOLLO LA PRESTE  

LE GROUPE TENERIFE VOUS PRÉSENTE  » SES PLUS BELLES CHANSONS  » 

 

VENEZ PARTAGER UN MOMENT D’EMOTION DANS L’INTIMITE DE LA CHANSON FRANCAISE 

PARTICIPATION: 5 € 

A3-Tenerife (1)

INVITATION : samedi 1er juin, Participation Festi’SLVies à la CCAS de St Cyprien

 Les SLVies (Comité d’entreprises EDF-GDF) vous sollicitent pour participer à ce rassemblement culturel.

Bonjour à tous,

Si vous voulez participer à un débat sur la culture et ses bienfaits et passer une soirée sympa avec le groupe « Buggy and Co« , le 1er Juin au CCAS de St Cyprien, d’une part, et  d’autre part, pour ceux qui aurait raté notre soirée festive, en février, où nous avions convié cet ensemble,  nous vous adressons cette proposition de nos amis EDF.

A vous d’en faire bon usage.

Amitiés

Sonia

Au programme: 

  • des activités bien sûr pour les enfants,

  • un débat à 18h sur  » la culture, une arme révolutionnaire  » avec nos partenaires et, c’est pourquoi on insiste, les différents Comités d’entreprise qui souhaitent y participer…

  • Un apéritif suivi d’un repas animé par « Buggy and Co » (15 euros)

  • Le soir, un concert sur place avec « les Barbeaux »

Je vous propose de prendre les inscriptions (*) individuelles à partir de maintenant, et ce jusqu’au 28 mai (date limite d’inscription).

Merci de faire suivre ce message dans tous les syndicats du département.

Fraternellement

Xavier CHARREYRON

(*) je viens participer à « festi’SLVIes » sans le repas, à ce moment-là me retourner simplement les nom et prénom du ou des participants.

(*) je viens participer à « festi’SLVIes » avec l’apéritif et le repas, à ce moment-là me retourner simplement les nom et prénom du ou des participants et le règlement de 15,00 € par participant.

Merci

Les personnes extérieures à l’association et non destinataires des courriels d’information pourront s’adresser aux gestionnaires à l’aide du module contact / commentaire (les  coordonnées ne sont pas communiquées sur  site pour raisons de sécurité et nous ne prenons pas le risque de diffuser celles de nos correspondants)

picto_avant(dble flèche) VOIR L’AFFICHE